La Maison Pour Tous

Association reconnue d'utilité publique

La période de la rue Mouffetard (1906-1978)

L'historique de cette période s'appuie principalement sur le livre "Une histoire de théâtre du côté de MOUFFETARD" de Georges BILBILLE, figure incontournable de la Maison Pour Tous.

Qui ne connaît pas la rue Mouffetard dans le 5ème arrondissement de Paris ?
Au début du XXème siècle c'était l'un des quartiers populaires les plus pauvres de Paris et maintenant c'est l'un des plus huppé.

En 1906, une étudiante, Catherine DESCROIX, abandonne ses études et décide de se consacrer à ce quartier dont elle vient de découvrir la misère. Elle fonde, une association "Chez nous" qui sera d'obédience catholique progressiste.

Pendant la première guerre mondiale 14-18, André LEFEVRE trouve un local au 76 de la rue Mouffetard. Ce local avait été une "Maison des Syndicats" dans laquelle JAURES, TROSKY et LENINE seraient venus parler aux ouvriers.Il était constitué d'une salle d'accueil, d'un bar anti-alcoolique (l'alcool était un fléau dans ce quartier), d'une bibliothèque, d'un restaurant (pardon "d'une salle familiale") et surtout d'un cinéma.

En 1920, drame avec Catheine DESCROIX qui, revenue après plusieurs années d'un emploi à Alexandrie, n'accepte pas la dérive laïque de l' association : il y a rupture et André LEFEVRE fonde "la Maison Pour Tous" (la MPT) dont les statuts sont déposés en mai 1921 (J.O. du 16 juin 1921 n° 160318). Elle est reconnue d'utilité publique le 2 janvier 1930.

Après la seconde guerre mondiale, la MPT (la Mouffe) prend un essor culturel considérable : théâtre, expositions, débats. Le théâtre de la Mouffe a vu passer de nombreux artistes, les plus assidus furent Raymond DEVOS, Ariane MNOUCHKINE, les autres, plus éphémères, furent : Anne SYLVESTRE, BARBARA, Jean FERRAT et bien d'autres. Tous ces artistes se produisaient gratuitement et les recettes des spectacles revenaient aux oeuvres sociales. Un dénommé COLUCHE, alors sans sous, venait souvent manger sans payer au restaurant communautaire.

En 1953, la MPT devient propriétaire du 76 et en 1961 elle achète l'immeuble mitoyen du 74.

En 1965, ces immeubles sont frappés d'un arrêté de péril et sont démolis en 1966. La MPT qui comptait 3600 adhérents était alors à son apogée. Les activités bien que ralenties continuent dans les locaux mis à sa disposition à titre précaires par la ville de Paris. Des projets de reconstruction sont échafaudés.

Mai 68 arrive et laisse des traces : le député-maire, un certain Jean TIBERY, s'oppose à la MPT en prétextant un "manque de garantie d'apolitisme". C'est le commencement du déclin et en 1978 la MPT est expulsée.
 

Les bâtiments rasés ont été remplacés, depuis 1980, par une bibliothèque et rien ne rappelle, sinon une plaque posée le 16 novembre 2007 (voir photo), le passé glorieux de ces lieux qui abritèrent aussi la première Maison de la Culture en France.

La période Marcoussis

En 1978 trois cents lettres sont envoyées aux autorités de l'Ile-de-France et c'est finalement Marcoussis qui accueillera la MPT en 1979 et le maire, à l'époque Jean Montaru, devient alors membre de droit du Conseil d'Administration.

Celle-ci sera chargée d'organiser la vie culturelle et sociale de Marcoussis, notamment sous deux aspects :

  • au Baillage, cours divers, activités artistiques
  • aux Chalmieux où dans la vallée de la Maurienne, les jeunes de Marcoussis et du Vème Arrondissement (toujours l'ancien ancrage !) vont s'initier aux joies des sports d'hiver.

En 1980, création de la revue "La Maison Pour Tous"

En 1983, le siège social de la rue Mouffetard est transféré au Baillage à Marcoussis (déclaration en sous-préfecture le 27 juillet 1983, publication au J.O. le13 août 1983 et approbation, par M. le Ministre de l'Intérieur, le 17 septembre 1984).

En 1991, le Maire, M. Hochet supprime les subventions (2ème mise à mort de la MPT) et reprend sous la houlette municipale
les activités jusque là impulsées par la MPT.

L'association entre alors dans une période léthargique (en 1994, elle ne comptait que 29 adhérents), période qu'elle mettra à profit pour nourrir différents projets tels, dans l'ordre chronologique, qu'un café-musique, une épicerie sociale ou un lieu d'échange de savoir associé à une forte activité informatique. Dans tous les cas, le dénominateur commun était la convivialité qui a toujours été, depuis sa fondation, la richesse de la MPT.

Le dernier projet pourra voir le jour grâce à la cession par la municipalité de la "maison bleue". L'acte de vente est signé le 30 décembre 2002 entre le maire de Marcoussis, Eric Cochard, et le président de la MPT, Christian Duchet. 

La "maison bleue" du 8 boulevard Nélaton était en ruine (voir photos) depuis des décennies. Les chantiers très lourds du gros oeuvre seront pris en charge par des entreprises de Marcoussis : seuls les murs et la charpente seront conservés.

Conformément à sa tradition d'éducation populaire et sociale

  • les travaux d'isolation, de carrelage et peinture sont confiés à des jeunes en grande difficulté (via ARIES, Association Régionale pour l'Insertion Economique),
  • deux petits studios d'urgence sont réalisés et mis à la disposition de SNL (Solidarité Nouvelle du Logement).

L'achat de la "maison bleue" et sa rénovation permet à la MPT de reprendre une vie associative nouvelle :

elle a inauguré ses locaux le 7 Février 2004

Les présidents

  • Claude MOLLARD, dernier président de la Mouffe, assure la transition avec la MPT Marcoussis
  • Louis COSSON (1980-1995)
  • Christian DUCHET(1995-2015)
  • Marie France GRENECHE(2015..)

Les autres centre de la MPT

Deux centres de vacances à Montmartin-sur-Mer : les Huttières et le Moulin

En 1959 Georges BILBILLE crée aux Chalmieux (en Savoie au pied des aiguilles d'Arves) un centre de vacances pour les participants de la Mouffe. Ce centre était composé de 2 chalets : le chalet "Vial" pour les adolescents et le chalet "Bon" pour les familles. Après d'énormes travaux, en partie financés par le département de la Savoie, le chalet "Bon" est inauguré en 1981 par Jean-Pierre Cot, ministre et par Jean Montaru, maire de Marcoussis

Origine des fonds

L'achat de la "maison bleue" et sa rénovation n'a pu se faire, sans aucun emprunt, que parce que la MPT possédait les fonds nécessaires.

Vente des terrains de la Mouffe à un prix normal grâce à Claude MOLLARD alors président de la MPT, et ami de Jack LANG, qui a eu gain de cause devant le tribunal administratif.

Vente de la propriété "le Moulin" à Montmartin (Manche) le 29 novembre 1994 pour 500 300F (environ 33 000€).

Vente du chalet "Vial"

Vidéo de l'historique.


Date de création : 17/07/2015 - 19:00
Catégorie : Présentation -
Page lue 2946 fois

Recherche
Recherche
Calendrier
Visites

 448048 visiteurs

 33 visiteurs en ligne

 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...